L’objectif de cette étude était de mettre en évidence l’activité enzymatique tannase de certaines bactéries lactiques isolées dans des moûts et des vins espagnols. Des souches de L. mesenteroides, O. oeni, Lactobacillus buchneri e L. hilgardii. ont été plus particulièrement observées. L’activité des deux dernières a été comparée à celle des souches de référence, à savoir L. plantarum ATCC 14917 (positive pour l’activité tannase) et L. brevis ATCC 8287 (CECT4669) (négative pour l’activité tannase). L’activité hydrolytique des isolats a été vérifiée avec la méthode de spectrophotométrie et de « visual reading » décrite par Osawa et Walsh (1993). Les résultats obtenus avec la technique de « visual reading » se sont montrés entièrement analogues à ceux obtenus avec la méthode de spectrophotométrie, ce qui suggère une bonne fiabilité (outre sa simplicité d’usage) de la première méthode de détermination de l’activité enzymatique tannase. Aucune des souches appartenant au genre Leuconostoc, Oenococcus ou Pediococcus n’a été identifiée comme produisant des tannases. A l’inverse, dans la souche Lactobacillus plantarum, une forte composante hydrolytique a été clairement identifiée. Une souche, initialement identifiée comme O. oeni, et qui s’était révélée dans un premier temps comme productrice de tannase, ce qui était surprenant, a ensuite été identifiée, grâce à une caractérisation plus précise e comme appartenant au genre L. plantarum. (Nous vous conseillons la lecture de l’article intégral. Titre original: Tannase activity by lactic acid bacteria isolated from grape must and wine)