italianoenglishfrançaisdeutschespañolportuguês
Langue
Recherche

Réduction du cuivre en viticulture

Le projet COPPEREPLACE s'achève sur des résultats prometteurs

  • Le gluconate de cuivre s'est avéré être une formulation aux résultats prometteurs pour la réduction de la teneur en cuivre dans la viticulture.
  • Les sols à faible pH se sont révélés plus vulnérables à la contamination par le cuivre.
  • En optimisant les doses d'application, il est possible d'économiser 20 % d'eau et plus de 25 % de produit avec le même niveau de contrôle du mildiou sur la plante.

Après plus de deux ans de développement, le projet international COPPEREPLACE s'est achevé sur des résultats prometteurs pour la réduction de l'utilisation du cuivre en viticulture grâce au travail de 13 partenaires de France, d'Espagne et du Portugal.

La plateforme technologique du vin a dirigé ce projet avec la participation de l'Associaçao para o Desenvolvimento da Viticultura Duriense (ADVID), de l'Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV), du Centro de Valorización Ambiental del Norte (CVAN), Universitat Politècnica de Catalunya (UPC-UMA), Vignerons Bio Nouvelle Aquitaine (SVBNA), Fundació Eurecat, Universidade do Porto (GreenUPorto), Universidad de Vigo (UVIGO), ainsi que les caves Familia Torres, Jean Leon, Sogrape Vinhos et LBS (Gerard Bertrand).

Vilafranca del Penedés (Espagne) a accueilli la présentation des résultats du projet, qui a eu lieu le 22 février au VINSEUM.

Un événement au cours duquel chacun des six work packages techniques a présenté ses résultats, suivi d'un débat au cours duquel ont été discutés la continuité possible du projet, sa pertinence au niveau international et certains aspects réglementaires stratégiques pour faire face à l'avenir de l'utilisation du cuivre en viticulture.

Caroline Gouttesoulard, chercheur en protection de la vigne à l'IFV, a fait la première présentation des essais techniques réalisés au champ et en laboratoire dans le but d'évaluer des produits alternatifs au cuivre comme agent de contrôle des maladies de la vigne. Il a également mentionné que certains des produits qui ont le mieux répondu étaient des formulations alternatives au cuivre, comme le gluconate de cuivre (Glucosei) et le sulfate tribasique (Vicure), et a réfléchi à la nécessité de poursuivre ce projet, en soulignant que "plus de temps et de nouvelles parcelles sont nécessaires pour comparer et avoir des données plus solides".

COPPEREPLACE s'est également intéressé aux sols, en analysant au total dix sols différents en fonction de leur pH et de leur teneur en matière organique. David Fernández, professeur à l'université de Vigo (Espagne), responsable de cette activité, a conclu qu'après les tests, la vulnérabilité des sols viticoles à la contamination par le cuivre augmente à mesure que le pH du sol diminue, ajoutant qu'"au-dessus d' un pH égal à 7, les effets du cuivre sur le biote du sol ont été considérablement réduits". En outre, l'utilisation de bioadsorbants qui augmentent le pH et la teneur en carbone du sol peut contribuer à réduire les effets du cuivre sur le biote du sol.

Pour sa part, l'Université polytechnique de Catalogne, représentée par le professeur Emilio Gil, a dirigé l'activité technique axée sur l'optimisation de la distribution par pulvérisation des produits phytosanitaires, concluant que l'utilisation de technologies conjointes innovantes (telles que l'utilisation de cartes de vigueur NDVI et de doses variables en fonction du développement végétatif de la plante ou l'utilisation de microcapsules) peut contribuer à économiser du produit (25 %) et de l'eau (20 %) dans les applications pour le même niveau de contrôle, ce qui se traduit par des avantages économiques et environnementaux.

Ensuite, Antonio Graça, directeur R&D&I de Sogrape Vinhos S.A (Portugal)., a présenté l'activité "Développement et mise en œuvre d'un système de gestion intégrée avec des doses faibles ou nulles de cuivre, adaptées aux conditions de chaque culture". Antonio Graça a souligné que, bien que le cuivre reste essentiel pour la protection de la vigne, il est possible d'en réduire la dose, et que le gluconate de cuivre associé à l'huile essentielle d'orange a donné des résultats prometteurs dans des situations de pression modérée du mildiou. La pression du mildiou a été faible au cours des deux périodes pendant lesquelles COPPEREPLACE a été développé, de sorte que les résultats des essais ne peuvent pas être étendus à tous les scénarios climatiques, ce qui renforce l'importance du contexte lors de la définition d'une stratégie de protection des plantes.

Enfin, Cátia Santos, responsable du secteur économie circulaire d'ADVID (Portugal), a pris la parole pour expliquer comment elle a mené les activités visant à évaluer l'impact économique, environnemental et social des nouvelles techniques de réduction du cuivre dans les vignobles. À cette fin, une série d'études a été réalisée et a permis de conclure qu'" avec les nouvelles technologies appliquées, on observe une optimisation de l'application, moins de perte de produit et moins de contamination ", ajoutant que la réduction du cuivre a été observée jusqu'à 40 % et pourrait atteindre 60 % avec des techniques de précision.

Mario de la Fuente, directeur de la plateforme technologique du vin (PTV; Espagne), a mis la touche finale à la présentation des résultats de COPPEREPLACE en soulignant la valeur du réseau de connaissances qui a été créé autour de cette initiative dans le cadre du sixième paquet de travail et qui comprend un total de 26 entités techniques et politiques de trois pays différents.

Publié le 14/03/2023
images
Fiches associées
© Tous les droits sont réservés
TVA: IT01286830334
ISSN 1826-1590
powered by Infonet Srl Piacenza
- A +
ExecTime : 1,28125