italianoenglishfrançaisdeutschespañolportuguês
Langue
Recherche

Pourriture acide : étiologie, biologie et gestion

Megan Hall, Greg Loeb, et Wayne F. Wilcox; Cornell University, USA

Pourriture acide : étiologie, biologie et gestion

La POURRITURE ACIDE est un terme utilisé parfois pour décrire une décomposition générale des grappes de raisins presque mûres pouvant être associée à diverses bactéries, levures et/ou champignons filamenteux, des espèces qui ne sont pas considérées comme des agents pathogènes primaires de la décomposition.

Le signe visible caractéristique de la pourriture acide est une décoloration brune et parfois rougeâtre des baies pourries, qui finissent par perdre leur intégrité et commencent à se décomposer, sans qu'il n'y ait forcément une présence de moisissure.  Alors que diverses moisissures, y compris Botrytis, sont parfois retrouvées sur des grappes pourries, ces organismes ne sont pas nécessaires au développement de la pourriture acide.  Même si elles jouent un certain rôle dans des cas spécifiques, ces moisissures apparaissent habituellement par hasard avec les organismes provoquant la pourriture acide.

Les drosophiles, appelées généralement « mouches des fruits » ou « mouches du vinaigre », sont un autre groupe d'organismes habituellement associés aux grappes atteintes de pourriture acide. Elles sont très visibles et semblent être un élément important, voire indispensable, de la maladie.

Cet article essaiera de résumer le travail entrepris par notre groupe de recherche dans un effort pour mieux comprendre les principes fondamentaux sous-jacents dans le développement de la pourriture acide, et d'appliquer ces connaissances pour sa gestion.

Séminaire présenté lors du “International Cool Climate Wine Symposium”, ICCWS, Brighton, Angleterre, 26-28 mai 2016

Abonnement annuel à Infowine: L’abonnement, qui coûte 60 € (TTC), donne accès pendant un an à tous les documents publiés sur le site, y compris aux archives (cliquez ici)

Publié le 23/07/2017
Article disponible en italiano spagnolo
Zone contenu Premium
  • LIRE L'ARTICLE TECHNIQUE
Prix:6 €(TVA inclus)
Fiches associées
    Une nouvelle approche voltamétrique pour l’analyse des polyphénols des raisins blancs et le suivi des opérations pré-fermentaires
    M. UGLIANO, J. WIRTH, S. BÉGRAND, J. B. DIÉVAL, C. PASCAL, S. VIDAL; Università degli Studi di Verona - Vinventions, Francia
    Une méthode électrochimique pour l'analyse rapide des composés phénoliques du raisin et du moût a été développée. La méthode utilise des électrodes jetables miniaturisées, permettant une applicatio...
    Publié le:26/03/2019
    Les pratiques de lutte contre la Flavescence Dorée en Europe
    Résultats d’enquêtes
    Ce document synthétise les pratiques de lutte mises en place chez les viticulteurs Européens pour lutter contre la Flavescence Dorée.
    Publié le:06/12/2016
    Bibliographie sur la gestion des gaz dissous par contacteur membranaire en œnologie
    Laura Mondot, Jean-Claude Vidal; Unitè Expérimentale de Peche Rouge, Montpellier, France
    Le vin est la boisson alcoolisée la plus consommée au monde. Il existe différentes méthodes de vinification, chacune répondant aux critères souhaités par le producteur et aux exigences et attentes ...
    Publié le:02/03/2019
    Brettanomyces : visez juste !
    Les teneurs en phénols volatils progressent dans mon vin alors que la teneur en SO2 est tout à fait acceptable
    Nous avons tous été confrontés à cette énigme. Les travaux d’Isabelle Masneuf et de Warren Albertin de l’ISVV de Bordeaux ont récemment percé ce mystère. Certaines souches de Brettanomy...
    Publié le:02/03/2019
    Brettanomyces : faut-il craindre les VNC ?
    Lucile PIC et Jacques MATHIEU ; GIE ICV VVS
    Afin d'aider les vinificateurs à choisir la méthode analytique la mieux adaptée à la prévention de l'apparition de phénols volatils et de notes "animales" dans leurs vins, les authors ont travaillé...
    Publié le:04/10/2016
    POSTER: Comportement fermentatif de Candida zemplinina
    K. Rantsiou, et al.; Department of Agricultural, Food and Forest Sciences, University of Turin, Italy
    Ces dernières années, il y a eu un intérêt croissant pour l'utilisation de levures non-Saccharomyces dans la production de vin. Parmi les espèces les plus prometteuses, Candida zemplinina présente ...
    Publié le:04/05/2017
© Tous les droits sont réservés
TVA: IT01286830334
ISSN 1826-1590
powered by Infonet Srl Piacenza
Politique de confidentialité
Ce site utilise les cookies nécessaires pour les objectifs décrits en mentions légales. Pour plus d’information sur la politique d’utilisation des cookies, voir les mentions légales. En fermant cette fenêtre, en déroulant la page, en cliquant sur un lien ou en continuant la navigation, vous consentez à l’utilisation des cookies.
Plus d’informationOK

- A +
ExecTime : 2,015625