Les effets de l’humidité sur le développement de l’oïdium sur de jeunes plantes de vigne ainsi que sur la germination des conidies d’Uncinula necator in vitro ont été examinés. Les études ont été entreprises à une température optimale de 25 ±2°C. La présence d’oïdium sur le feuillage a été nettement influencée par les taux d’humidité testés lors de l’essai, variant de 39 à 98% d’humidité relative (HR). La présence et l’importance de l’attaque a augmenté avec l’humidité croissante jusqu’à un optimum de 85% HR, avant de stagner voire diminuer légèrement pour des valeurs plus élevées. La densité de conidies s’est trouvée également proportionnelle à l’humidité, mais a été moins fortement influencée. Une nette relation linéaire positive est apparue entre le taux d’humidité et la fréquence de germination des conidies, pour des valeurs de HR inférieures à 84%. Cependant, la fréquence de germination chute fortement au-delà de 87% HR. L’humidité semble donc bien jouer un rôle significatif en épidémiologie de l’oïdium de la vigne, ce qui confirme l’intérêt des pratiques de gestion du feuillage permettant d’éviter une humidité trop élevée dans la canopée de la vigne. Nous vous conseillons la lecture de l’article intégral. Titre original: Effects of Humidity on the Development of Grapevine Powdery Mildew