Huit amines biogènes ont été analysées dans 38 échantillons de vin rouge provenant de 5 régions vinicoles chinoises. L’analyse a été réalisée par chromatographie liquide haute performance en phase inversée avec un détecteur de fluorescence et par dérivation pré-colonne du chlorure de dansyle. La tryptamine n’a été observée dans aucun des échantillons. La putrescine a, quant à elle, été observée dans tous les échantillons (100%). Suivent la phényléthylamine (84,2%), la spermidine (60,5%), l’histamine (57.8%), la tyramine (57.8%), la cadaverine (47.4%), et la spermine (36.8%). Dans tous les échantillons, les niveaux d’amines aromatiques et hétérocycliques présentant des niveaux toxicologiques on été les suivants : 0-4,58 mg/L pou la phényléthylamine, 0-10,51 mg/L pour l’histamine et 0-9,13 mg/L pour la tyramine. Les quantités d’histamine et de tyramine étaient inférieures à 8 mg/L dans la plupart des échantillons (94,7%). Les amines associées aux conditions sanitaires ont également été relevées à des niveaux beaucoup plus bas : entre 0 et 12,98 mg/L pour la putrescine, entre 0 et 19,01 mg/L pour la cadavérine. Dans le cas d’autres amines telles que la spermine et la spermidine, les niveaux ont été extrêmement faibles, variant entre 0 et 2,64 mg/L pour la spermine et 0 et 3,82 mg/L pour la spermidine. Nous vous recommandons la lecture de l’article intégral. Titre original : A survey of biogenic amines in chinese red wines. Celui-ci est disponible sur le site www.sciencedirect.com, lien ci-contre.

Liens externes