Le réchauffement global, les goûts des consommateurs et la confrontation entre les philosophies du Vieux Monde et celles du Nouveau Monde, sont des facteurs qui ont influencé, en quelque sorte, la popularité de certains cépages ces 10 dernières années, selon l’étude de Kym Anderson intitulée « Changing Varietal Distinctiveness of the World’s Wine Regions: Evidence from a New Global Database ».
 
Ce travail, publié dans le dernier numéro du « Journal of Wine Economics », permet d’identifier, à travers une base de données actualisée, quelques indicateurs relatifs aux changements survenus durant la dernière décennie dans l’utilisation des différentes variétés dans les régions vinicoles du monde.