italianoenglishfrançaisdeutschespañolportuguês
Langue
Recherche

LES LEVURES IMMOBILISEES : UTILISATIONS ŒNOLOGIQUES ACTUELLES

F. RAMON PORTUGAL, S.SILVA (Proenol, Travessa das Lages, 267, Apartado 547 4405-194 Canelas, V.N.Gaia, Portugal) , P. TAILLANDIER, P. STREHAIANO(INP-

L’observation des réactions biologiques (c’est à dire réalisées par un micro-organisme) met en évidence que ces réactions peuvent avoir lieu dans deux systèmes différents : - un système dans lequel les micro-organismes sont en suspension dans la phase liquide (qui semble homogène) : c’est le cas des fermentations en œnologie, ou en brasserie. - un système dans lequel les micro-organismes ne sont pas libres mais apparaissent fixés à un support, créant ainsi un système à deux phases distinctes : le procédé d’épuration par lit bactérien peut être un exemple. En œnologie, discipline traditionnelle, le concept de micro-organisme libre domine largement. Par contre dans d’autres domaines, on a, dès les années 60, cherché à fixer les « catalyseurs » de la réaction et les applications industrielles ont rapidement suivi : bactéries adsorbées en vinaigrerie, disques bactériens en épuration… Avant de développer quelques applications œnologiques des micro-organismes immobilisés, nous allons rappeler quel est l’intérêt d’un tel protocole et définir les différentes possibilités techniques existantes. Pourquoi immobiliser les micro-organismes ? L’immobilisation (ou le confinement) des micro-organismes présente plusieurs avantages : - le micro-organisme peut être réutilisé après un cycle de fonctionnement (voir plus loin l’application à la désacidification des moûts). - le micro-organisme n’étant pas dispersé dans le milieu sa récupération en fin de culture est facilitée (voir plus loin l’application à la prise de mousse). - il est possible de mettre en œuvre une population microbienne très importante sans avoir à réaliser la phase de croissance ce qui permet d’accroître les vitesses réactionnelles (voir plus loin l'application au traitement des arrêts de fermentation). Comment immobiliser les micro-organismes ? L’immobilisation ou le confinement des micro-organismes peut être réalisé de différentes méthodes qui découlent pour la plupart de celles proposées initialement par Chibata (1979) pour les enzymes. Trois catégories peuvent être définies. - l’inclusion : ici les cellules microbiennes sont incorporées dans la matrice d’un polymère rigide, le plus utilisé étant l’alginate de calcium (Margaritis et Merchant, 1984). C’est ce procédé (adapté à la réalisation de sphères en double couche et séchées) qui sera développé plus loin. Ce procédé présente l’avantage d’assurer une bonne rétention des micro-organismes dans le gel. - l’adsorption : ici la fixation des micro-organismes au support est lié à la création de liaisons faibles entre la paroi microbienne et le support (bois, brique, pouzzolane…). Un des inconvénients majeurs de cette technique est le risque de désorption, par exemple lors de la mort des micro-organismes. - la rétention des micro-organismes sans support. Cette terminologie regroupe : - les systèmes résultant de l’agglomération spontanée (ou provoquée) des cellules microbiennes. La capacité à la floculation de certaines souches de levures est par exemple mise à profit pour la prise de mousse des vins effervescents. - les procédés visant à confiner les micro-organismes dans une partie du réacteur grâce à une barrière physique, une membrane de micro-filtration en général. En œnologie, une réalisation intéressante était la cartouche « Millispark » développée par Millipore pour la maîtrise de la prise de mousse (Lemonnier et Duteurtre, 1989). Dans ce travail, nous nous limiterons à la présentation des résultats ayant abouti à des réalisations significatives au niveau de la cave. Ils sont issus des travaux menés conjointement par le laboratoire (UMR CNRS 5503) et la société Proenol Lda (Porto) depuis une dizaine d’années. Ces réalisations concernent la prise de mousse tant en méthode traditionnelle qu’en méthode dite ancestrale, la désacidification des moûts ou des vins par Schizosaccharomyces pombe, le traitement des arrêts de fermentation et le contrôle de la fermentation en liquoreux.
Publié le 16/06/2003
Fiches associées
    Une nouvelle approche voltamétrique pour l’analyse des polyphénols des raisins blancs et le suivi des opérations pré-fermentaires
    M. UGLIANO, J. WIRTH, S. BÉGRAND, J. B. DIÉVAL, C. PASCAL, S. VIDAL; Università degli Studi di Verona - Vinventions, Francia
    Une méthode électrochimique pour l'analyse rapide des composés phénoliques du raisin et du moût a été développée. La méthode utilise des électrodes jetables miniaturisées, permettant une applicatio...
    Publié le:26/03/2019
    Les pratiques de lutte contre la Flavescence Dorée en Europe
    Résultats d’enquêtes
    Ce document synthétise les pratiques de lutte mises en place chez les viticulteurs Européens pour lutter contre la Flavescence Dorée.
    Publié le:06/12/2016
    Bibliographie sur la gestion des gaz dissous par contacteur membranaire en œnologie
    Laura Mondot, Jean-Claude Vidal; Unitè Expérimentale de Peche Rouge, Montpellier, France
    Le vin est la boisson alcoolisée la plus consommée au monde. Il existe différentes méthodes de vinification, chacune répondant aux critères souhaités par le producteur et aux exigences et attentes ...
    Publié le:02/03/2019
    Brettanomyces : visez juste !
    Les teneurs en phénols volatils progressent dans mon vin alors que la teneur en SO2 est tout à fait acceptable
    Nous avons tous été confrontés à cette énigme. Les travaux d’Isabelle Masneuf et de Warren Albertin de l’ISVV de Bordeaux ont récemment percé ce mystère. Certaines souches de Brettanomy...
    Publié le:02/03/2019
    Brettanomyces : faut-il craindre les VNC ?
    Lucile PIC et Jacques MATHIEU ; GIE ICV VVS
    Afin d'aider les vinificateurs à choisir la méthode analytique la mieux adaptée à la prévention de l'apparition de phénols volatils et de notes "animales" dans leurs vins, les authors ont travaillé...
    Publié le:04/10/2016
    POSTER: Comportement fermentatif de Candida zemplinina
    K. Rantsiou, et al.; Department of Agricultural, Food and Forest Sciences, University of Turin, Italy
    Ces dernières années, il y a eu un intérêt croissant pour l'utilisation de levures non-Saccharomyces dans la production de vin. Parmi les espèces les plus prometteuses, Candida zemplinina présente ...
    Publié le:04/05/2017
© Tous les droits sont réservés
TVA: IT01286830334
ISSN 1826-1590
powered by Infonet Srl Piacenza
Politique de confidentialité
Ce site utilise les cookies nécessaires pour les objectifs décrits en mentions légales. Pour plus d’information sur la politique d’utilisation des cookies, voir les mentions légales. En fermant cette fenêtre, en déroulant la page, en cliquant sur un lien ou en continuant la navigation, vous consentez à l’utilisation des cookies.
Plus d’informationOK

- A +
ExecTime : 1,34375