italianoenglishfrançaisdeutschespañolportuguês
Langue
Recherche
  • » Fermentations et microbio
  • » RECENSEMENT ECOLOGIQUE DES SOUCHES DE SACCHAROMYCES CEREVISIAE PRESENTES DANS DES VIGNOBLES DE LA REGION DU VINHO VERDE (PORTUGAL)

RECENSEMENT ECOLOGIQUE DES SOUCHES DE SACCHAROMYCES CEREVISIAE PRESENTES DANS DES VIGNOBLES DE LA REGION DU VINHO VERDE (PORTUGAL)

Dorit Schuller, Hugo Alves, Sylvie Dequin, Margarida Casal

(Note Infowine: cet article fait références à des notions assez pointues de génétique. Plusieurs parties restent toutefois à la portée du plus grand nombre) La fermentation du vin était traditionnellement réalisée de façon spontanée par des levures indigènes, soit présentes sur les raisins au moment de la récolte, soit introduites par l’équipement et le chai au cours du processus de vinification. Les recherches actuelles s’accordent toutes sur le fait que les espèces prédominantes rencontrées sur des raisins sains sont des levures apiculées telles que Hanseniaspora uvarum (et sa forme anamorphe Kloeckera apiculata) ou des espèces oxydatives telles que Candida, Pichia, Kluyveromyces and Rhodotorula. Les espèces fermentaires du genre Saccharomyces, notamment les Saccharomyces cerevisiae, n’apparaissent au contraire qu’en très petit nombre sur les baies saines en bon état et dans les sols. On pense qu’à l’inverse les baies abîmées sont une importante source de S. cerevisiae. La prévalence des souches appartenant à cette espèce là est bien documentée parmi la flore indigène des caves. La flore levurienne des raisins dépend de facteurs nombreux et variés, tels que les conditions climatiques (température et hauteur des précipitations comprises), la localisation géographique du vignoble, les applications d’antifongiques, le cépage, l’âge du vignoble, ou encore le type de sol. Plusieurs recensements écologiques, réalisés avec des méthodes d’identification moléculaire, font état d’une grande diversité de profils génétiques au sein de la flore fermentaire œnologique. Les souches de S. cerevisiae semblent être largement répandues dans une région viticole donnée et peuvent être rencontrées d’une année sur l’autre. En outre, l’existence de souches de S. cerevisiae prédominantes dans la flore de fermentation, vient soutenir l’hypothèse selon laquelle des souches indigènes spécifiques peuvent être associées avec un terroir spécifique.
Publié le 28/10/2005
Fiches associées
© Tous les droits sont réservés
TVA: IT01286830334
ISSN 1826-1590
powered by Infonet Srl Piacenza
Politique de confidentialité
Ce site utilise les cookies nécessaires pour les objectifs décrits en mentions légales. Pour plus d’information sur la politique d’utilisation des cookies, voir les mentions légales. En fermant cette fenêtre, en déroulant la page, en cliquant sur un lien ou en continuant la navigation, vous consentez à l’utilisation des cookies.
Plus d’informationOK

- A +
ExecTime : 1,703125