Des études précédentes ont montré qu’un effeuillage manuel ou mécanique en début de saison (i.e. pré-floraison) permet de contrôler le rendement et d’améliorer la composition du raisin dans plusieurs environnements et avec plusieurs génotypes de Vitis vinifera. Notre étude a été conçue pour déterminer si des résultats semblables peuvent être reproduits quand on applique un anti-transpirant sur la plante. La parcelle entière de Sangiovese et de Ciliegiolo a été traitée deux fois avant floraison avec du produit anti-transpirant Vapor Gard® (Intrachem Bio Italia, Grassobbio, BG, Italie) (T) et comparée à une parcelle témoin non pulvérisée (C). L’assimilation et la transpiration des feuilles dans les deux cultivars ont montré des réductions similaires (30–70%) pendant plusieurs semaines après pulvérisation en comparaison avec des vignes témoins, tandis que l’efficacité de l’utilisation intrinsèque de l’eau a augmenté rapidement dans les vignes traitées après la première application et après véraison. Les vignes de Sangiovese traitées, ont montré un rendement, un poids de baie, une compacité des grappes plus réduits et, sur une base de 2 ans, une vigueur plus faible et une capacité stable des vignes d’une année à l’autre. À la récolte, les vignes traitées avaient un °Brix plus élevé pour toutes les saisons et une concentration en anthocyanes plus élevée pour 2 des 3 années étudiées. Les résultats d’une étude de 2 ans sur le Ciliegiolo ont imité ceux du Sangiovese en termes de régulation du rendement. L’application d’anti-transpirant en début de saison a engendré une limitation des fonctions de la feuille, assez fortes pour réduire le rendement et la compacité des grappes grâce aux petites dimensions finales des baies. L’application d’anti-transpirants peut être proposée comme étant beaucoup plus facile que l’effeuillage manuel pour la gestion de la culture de la vigne. Nous vous conseillons la lecture de l’article intégral (voir lien ci-contre).

Liens externes