Des études de terrain ont été conduites sur du Cabernet franc et du Merlot pour évaluer les effets du moment de l’effeuillage raisonné des feuilles basales et de son intensité sur la concentration du 3-isobutyl-2-methoxypyrazine (IBMP) dans des baies de raisin. Les traitements consistaient à enlever 50 % ou 100 % des feuilles couvrant les fruits après environ 10, 40 ou 60 jours de l’anthèse. Durant la deuxième année de l’étude sur le Cabernet franc, un effeuillage à 15 jours de la post-véraison a aussi été inclus. Au cours des deux années d’étude sur le Cabernet franc, des réductions significatives de l’IBMP (entre 28 et 53 %) ont été observées avec l’effeuillage avant véraison en comparaison avec les deux traitements d’effeuillage de 50 % et 100 % à 10 jours après anthèse. En 2007, tous les traitements d’effeuillage ont significativement réduit les concentrations d’IBMP dans des baies de Cabernet franc à la récolte en comparaison avec le témoin (46 à 88 %), avec la réduction la plus importante observée dans les traitements d’effeuillage de 100 % à 10 jours après anthèse et 40 jours après anthèse. En 2008, les effeuillages de 100 % à 10 jours après anthèse et ceux de 50 et 100 % à 40 jours après anthèse ont significativement réduit les concentrations d’IBMP (34 à 60 %) dans des baies mûres de Cabernet franc. Dans l’essai du Merlot, tous les traitements d’effeuillage ont significativement réduit les concentrations de l’IBMP (38 à 52%) à la récolte. En conclusion, un effeuillage basal en début de saison (10 à 40 jours après anthèse) a réduit l’accumulation de l’IBMP à pré-véraison en comparaison avec le témoin dans les deux études, ce qui laisse suggérer que l’effeuillage précoce est une stratégie de gestion plus efficace pour réduire l’accumulation d’IBMP dans les baies de raisin qu’un effeuillage plus tardif dans la saison. Nous vous conseillons la lecture de l’article intégral (voir lien ci-contre).

Liens externes