Une étude menée par l’Institut d’agriculture durable, un centre rattaché au Conseil supérieur de la recherche scientifique espagnol (CSIC) à Cordoue, a développé une méthodologie automatique pour détecter et cartographier les populations d’un type de mauvaise herbe, le chiendent (Cynodon dactylon), qui affecte la couverture végétale utilisée comme protection dans de nombreux vignobles.

La nouvelle méthode permettrait aux agriculteurs de localiser avec précision et de traiter les zones infestées de chiendent, sans devoir renoncer à la couverture végétale.

Cette étude est publiée dans le magazine Remote Sensing.