Cet article est une vue d’ensemble de l’application des procédés membranaires à la vinification. Le but est de présenter à la fois l’application des procédés membranaires à la vinification mais aussi une philosophie générale de leur développement d’un point de vue de l’ingénierie des procédés. Plusieurs exemples illustrent cette approche, en particulier les applications de la nanofiltration et des membranes d’osmose inverse, cependant d’autres techniques telles que la microfiltration, l’ultrafiltration et l’électrodialyse sont aussi mentionnées. Les développements des procédés membranaires en vinification passent principalement par une bonne compréhension des techniques membranaires, techniques de séparation ainsi que la caractérisation de la membrane elle même et du produit (moût ou vin) à filtrer. La dernière contrainte, étant donnés la complexité, variabilité du moût et la composition du vin, n’est pas futile et demande au contraire un effort considérable à la fois aux niveaux de l’industrie et de la recherche. Pour les même raisons, le couplage de la membrane et autres traitements physico-chimiques apparaissent être un domaine de recherche prometteur. Nous vous conseillons la lecture de l’article intégral (voir lien ci-contre).