italianoenglishfrançaisdeutschespañolportuguês
Langue
Recherche

LA QUALITE ABSOLUE N'EXISTE PAS!

Enclaves de réflexion et d’échanges, plutôt intimistes dans le brouhaha environnant, les ateliers de Sitevi n’ont pas été moins stratégiques que les allées dans les messages qui y ont circulé. Celui que nous retenons est bien la nécessité qui s’impose à nous, techniciens du vin, de revoir notre perception qualitative de notre produit de prédilection, et par trop affectif, le vin. Qui peut prétendre, œnologues ou producteurs, ne jamais avoir exprimé ou simplement pensé la dégustation à l’aune de « j’aime… », « je n’aime pas… » ? Le vin est un produit d’exception car il est porteur de valeurs et d’une richesse de sensations qui font toujours échos, consciemment ou non, à nos goûts intimes. C’est pour cela que nous l’aimons. C’est pour cela que nous sommes éminemment subjectifs. Or, la diversité des marchés et des modes de consommation impose de nouveaux cadres d’évaluation qualitative : nos référents gustatifs ne suffisent plus, l’image de nos terroirs non plus. La qualité relative supplante la qualité absolue dans un monde ouvert et changeant. Voilà l’idée de l’Analyse sensorielle descriptive quantitative (ASDQ) proposée par l’ICV : un nom peu évocateur pour une technique de dégustation qui se veut vraiment objective. La finalité est de dégager des profils sensoriels « types » par marché, susceptibles de fournir quelques clés d’entrée gustatives sur ces marchés spécifiques. Le public présent à l’atelier intitulé Les clés du succès en France et au Royaume-Uni : qualité relative et marketing mix a pu s’initier à ce mode de dégustation très calibré à travers la dégustation de deux vins : un Sauvignon blanc de Montana (Nouvelle Zélande) dans le top 3 des ventes sur le marché anglais, un vin rouge de la marque Baron de Lestac dans le top 3 des ventes en GMS France. Le premier se distingue au nez par les notes herbacées et fruits exotiques, et en bouche par le volume, l’acidité mais aussi l’amertume…apparemment non rédhibitoire pour le consommateur anglais ! Quant à notre marque nationale, les clés de son succès sur notre marché résideraient-elles dans ses notes de Boisé torréfié et Boisé vanillé ? Toujours est-il que la note de pruneau également bien présente dans ce profil ne remporterait pas l’adhésion de nombreux œnologues… Autre démarche proposée lors de ces ateliers Sitevi, plus directe celle-ci : demander au consommateur ses préférences sur la base d’une dégustation comparative à son domicile, via internet. Si l’étude consommateur est vieille comme le monde de l’agro-alimentaire, elle est peu utilisée dans le monde du vin. Le concept « 2vins2styles » développé par Vinidea inaugure une vraie démarche de marketing de la demande en y intégrant l’apprentissage à la dégustation… Ludique et pragmatique, là est peut-être le nouvel esprit du vin ! Résultats 2v2s 2007 : premier trimestre 2008 dans nos colonnes.
Publié le 04/12/2007
Fiches associées
© Tous les droits sont réservés
TVA: IT01286830334
ISSN 1826-1590
powered by Infonet Srl Piacenza
Politique de confidentialité
Ce site utilise les cookies nécessaires pour les objectifs décrits en mentions légales. Pour plus d’information sur la politique d’utilisation des cookies, voir les mentions légales. En fermant cette fenêtre, en déroulant la page, en cliquant sur un lien ou en continuant la navigation, vous consentez à l’utilisation des cookies.
Plus d’informationOK

- A +
ExecTime : 2,595703