L’objectif du projet RENOVA était d’étudier la relation entre les pesticides, les métabolites, et les additifs de formulation chimiques présents dans les produits commerciaux et les problèmes de fermentation dans le vin, ainsi que le développement de techniques efficaces pour la réduction des résidus, afin d’aboutir à un produit plus salubre.

Au cours du millésime 2011, des échantillons de moûts et de vins de différents types ont été prélevés dans plusieurs caves. Des techniques d’extraction et d’analyse ont été développées pour la détermination des principaux pesticides utilisés en viticulture, les métabolites relatifs et les additifs de formulation les plus largement utilisés.

 L’analyse des moûts et des vins a permis de détecter les pesticides les plus couramment utilisés et les additifs de formulation correspondants. Des essais de fermentation ont été donc effectués sur moût et vin de base pour mousseux afin d’étudier l’effet de ces molécules sur la progression de la fermentation. Les tests ont été effectués avec des principes actifs purs, également combinés les uns avec les autres et avec les produits commerciaux.

Le sort des principes actifs à la fin de la fermentation a également été étudié, en mesurant le résidu et en identifiant les différents métabolites. Certains pesticides ont nui à l’évolution de la deuxième fermentation.

Des tests d’élimination des résidus ont été donc effectués avec des adjuvants œnologiques traditionnels et innovants. Certaines procédures d’élimination mises en place se sont avérées efficaces pour éliminer tout ou une partie des nombreux principes actifs. Sur la base de ces résultats, les essais de deuxième fermentation ont été répétées après la réduction des résidus, afin de confirmer l’efficacité du traitement.

(Projet RENOVA – cofinancé POR CRO FESR 2007-2013 action 1.1.2)
Travail présenté à la 8e édition d’Enoforum, Arezzo, 7-9 mai, 2013

Liens externes