Dans le cadre d’un ambitieux programme de recherche décliné dans le plan national de lutte contre le dépérissement du vignoble, 9 projets de recherche ont bénéficié d’un co-financement partagé entre l’Etat et la profession viticole en 2017.

Cinq nouveaux projets de recherche viennent d’être sélectionnés suite à l’appel à projet 2018. Ces projets remarquables par leur qualité scientifique, ont été distingués parmi 17 projets déposés en réponse à l’appel à propositions émis en novembre 2017, dans le cadre d’un accord entre l’État (ministère chargé de l’agriculture), le Comité National des Interprofessions des Vins à appellation d’origine et à indication géographique (CNIV) et FranceAgriMer.

Focus sur les 5 lauréats:

  • Projet HOLOVITI piloté par l’INRA de Dijon : Vers un diagnostic sanitaire de l’Holobionte « vigne » : identification de bio-indicateurs le long du continuum sol-racines-parties aériennes dans un contexte de dé- périssement.
  • Projet VITIRHIZOBIOME porté par l’INRA de Bordeaux : Rôle du microbiome de la rhizosphère sur le fonctionnement du jeune plant de Vigne dans un contexte de dépérissement du vignoble.
  • Projet EPIDEP piloté par l’INRA de Bordeaux : Contribution de la mémoire épigénétique au dépérissement de la vigne : de la description des paysages épigénétiques à la physiologie.
  • Projet RISCA porté par l’Institut Français de la Vigne (IFV) : Plan de lutte contre la flavescence dorée : générer des connaissances nouvelles pour un meilleur pilotage
  • Projet EUTYPIOSE porté par le Bureau National Interprofessionnel du Cognac : Évaluation au vignoble du test rapide (in vitro) de sensibilité à l’Eutypiose.