Comme a déjà été indiqué dans des études épidémiologiques, la consommation régulière et modérée du vin, en particulier celle du vin rouge, est bénéfique pour la santé. Des études cliniques et des travaux effectués sur des modèles animaux ont montré que le vin peut protéger l’organisme contre les maladies cardiovasculaires, l’athérosclérose, l’hypertension, certains types de cancer, le diabète de type 2, les troubles neurologiques et le syndrome métabolique. Le mécanisme d’action a été attribué à des effets antioxydants, régulateurs de lipide et anti-inflammatoires. Une multitude de composés du vin a été étudiée dans des modèles différents de maladie. Il est supposé que les composés alcooliques et polyphénoliques du vin sont ceux qui sont responsables de ces effets bénéfiques. Etant donné que le vin est un mélange complexe, il est probable qu’une multitude de composés chimiques, aussi bien que leurs métabolites, travaillent de façon synergique pour affecter la santé de l’homme. Pour résumer, bien que boire du vin puisse être contre-indiqué pour certains individus, pour les gens sains, la consommation régulière de quantités modérées de vin peut réduire le risque d’atteinte par certaines maladies chroniques. Nous vous conseillons la lecture de l’article intégral (voir lien ci-contre).

Liens externes