Les voies principales de pénétration de l’oxygène dans les bouteilles de vin à travers des bouchons en liège « technologiques », des bouchons en liège naturel et des bouchons synthétiques ont été étudiées. Une comparaison a été établie entre les bouchons non recouverts (témoins), les bouchons recouverts au niveau de l’interface située entre le bouchon et le verre et les bouchons complètement recouverts de vernis imperméable en polyuréthane. La pénétration d’oxygène dans les bouteilles a été mesurée pas une méthode colorimétrique non-destructive. Les bouchons en liège « technologiques » ont été essentiellement imperméables à l’oxygène atmosphérique lors des 24 premiers mois de stockage. L’oxygène contenu à l’intérieur des bouchons en liège naturel s’est diffusé lentement et régulièrement dans les bouteilles au cours des 12 premiers mois de stockage et en très petites quantités à travers l’interface situé entre le bouchon et le verre les 12 mois suivants. Les bouchons synthétiques ont été perméables à l’oxygène atmosphérique, surtout après le premier mois de stockage. Nous vous recommandons la lecture de l’article intégral, titre original Main Routes of Oxygen Ingress through Different Closures into Wine Bottles. Lien ci-contre.